La gare de Molsheim avec un train en direction de Barr tractée par la P1 33.


Au milieu des années 1850, en dehors des lignes principales, il existe encore de vastes contrées dépourvues de tout accès au transport ferroviaire. Pour satisfaire les demandes de désenclavement et obtenir des raccordements aux lignes déjà construites, les instances politiques alsacienne et lorraine sollicitent de plus en plus l'Administration impériale. En 1858, le Préfet du Bas-Rhin Stanislas Migneret préconise d'établir un réseau de voies ferrées secondaires obtenu selon une méthode de financement originale. En effet,, en utilisant les ressources propres à la vicinalité votées chaque année par les conseils généraux pour la construction de routes de grande communication, il est possible, au niveau départemental, d'acquérir des terrains, puis de faire des terrassements et des ouvrages d'art ; ensuite, ces infrastructures peuvent être affermées ou cédées à des compagnies, qui prenant à leur compte la pose des voies et l'achat du matériel roulant, se chargeront enfin de l'exploitation. A cinq kilomètres au sud de Strasbourg, la voie unique vers Molsheim se détache de l'artère allant à Bâle. Le cours de la Bruche est constamment suivi avec un changement de rive entre Duppigheim et Duttlenheim. Par mesure de simplification, l'antenne desservant Wasselonne a vu son origine reportée à Molsheim, tout en s'inscrivant toujours dans la vallée de la Mossig. La ligne principale continue en direction de Mutzig, tandis que l'embranchement de Barr passe par Rosheim et Obernai, avec un tracé légèrement différent de celui en service de nos jours.